11/03/2005

Au Seuil de la Démence



Une angoisse sous la peau diaphane
Marquée par une brûlure de la douce flamme
L'ardeur s'élève, folle, frivole
Eveille cruellement la pupille frêle et molle.


 

Un soupçon de folie dans le regard
Constraste d'un teint mort et blafard
Sur le le front de lourdes perles de sueur
Coulent sur un chant d'éternelle rancoeur.


 

Parfum d'un Princesse au seuil de la démence
Qui meurtie par les jours ne supporte l'absence
Elle voudrait observer les mutiples splendeurs
D'un Amour lointain inscrit en son coeur.


 

La Fleur de l'horreur éclose
Bouillonante de haine, j'implose
Pourrais tu voir un but à mon caprice insolent ?
Par pitié reviens vite, apaiser mon tourment.

 

 














19:59 Écrit par Hendiadiyn | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

Commentaires

quelques phrases dans le coin reclue
elle se sent nue
sans la douceur
elle pleure

Écrit par : élise | 12/03/2005

;o) Comme toujours...
Superbe, tt pleins de trucs... J'aime bcp !
Doux WE à toi

Écrit par : Val | 12/03/2005

*** Après la tristesse, la haine... les différentes humeurs des conséquences d'un amour lointain..
Courage !!
Bisous

Écrit par : AnGeL | 12/03/2005

. Moi je dis attention, une ros c'est doux lorsqu'on sait la prendre (les petales) mais faut pas s'aventurer sur la tige car le chemin est epineux ;-))))
Encore un jolie texte :p
Je te fais tout pleins de bisoux :x:x

Écrit par : Jubei | 12/03/2005

... Amour toujours aussi bouleversé.

A plus tard...

Écrit par : Olivier | 14/03/2005

Atmosphère ... j'adore tout simplement...
Bisous bisous

Écrit par : elfarranne | 14/03/2005

... j'aime bien l'ambiance de ton blog...
Et puis, cette chanson, "persephone" elle me fout des frissons partout, j'adore...

Écrit par : flow | 05/05/2005

Les commentaires sont fermés.